Fast, easy and free

Create your website now

I create my website

voie verte de la ligne Caen Flers 6

Mon premier voyage en train

C'était le début des grandes vacances, celles qui restent gravées dans votre esprit, peut être parce que vous savez qu'elles ne reviendront plus, qu'elles font parties maintenant de vos seuls souvenirs.

Valise à la main, mes parents me conduisent à la grande gare de Laval.

Sur le bord du quai, je les revois attendre le départ de notre autorail qui devait me mener à Commer.

Il me semble qu'il faisait très beau.

Sur le quai de la gare de Commer, mon grand père était venu me chercher pour rejoindre la ferme.

Quand les vacances se terminèrent, c'est aussi un souvenir d'un au revoir, le dernier de mon grand père, que je repris le train pour rentrer à la maison.

C'était mon premier voyage en train, la micheline des vacances....

Michel

les rails de la ligne Caen-Flers

Article Ouest France décembre 1947

La ligne a été choisie par la SNCF comme terrain d'expérience, on y pose des traverses d'une conception nouvelle, faites de ciment armé et dont l'aspect en raison de la présence des stocks accumulés depuis plusieurs mois en gare de Condé sur Noireau est devenu familier à plus d'un voyageur.

Ces traverses rappellent Monsieur Lochon, chef de section de Flers, se composent de deux blocs de ciment réunis par une barre métallique.

Les premières ont été construites pendant la guerre à une époque ou le bois manquait.

Leur prix étant plus élevé que celui des traverses en bois, elles ne seront économiques que si elles durent plus longtemps.

Cette expérience à précisément pour but d'étudier leur résistance.

Son résultat ne sera connu que dans une vingtaine d'années.

Les traverses seront posées de Cerisy Belle Etoile à Saint Rémy sur Orne, le tunnel des gouttes restant en dehors de l'expérimentation.

Le chantier a démarré depuis novembre.

La gare de Condé sur Noireau est devenue le quartier général des poseurs de voies.

Des kilomètres de rails s'alignent et les traverses béton s'entassent en piles impressionnantes.

Une grue puise dans cette réserve les besoins que conduit l'entreprise Desquenne et Giral de Paris, celle ci utilisant les derniers moyens à l'avant garde de la mécanisation pour la pose.

L'entreprise utilise des camions Dodge qui circulent aussi bien sur rail que sur route.

Contre ceux qui craignent la fermeture de la voie ferrée Caen-Flers, y a t'il meilleur argument que la durée de l'expérience, inspirant ainsi l'avenir de la ligne.

 

 

Les lourds convois de minerai  en provenance du Chatellier sont pass√©s sur la voie exp√©rimentale pendant 30 ans....

Le train diesel 68023 assura le dernier train lourd de la ligne sur le regard attentif de Monsieur Mourré, chef de gare du Chatellier, qui donna le dernier signal de départ le 29 décembre 1978.

L'expérience se réveilla donc significative, la voie étant toujours en 2015 en état de recevoir un train.....un train touristique attendu depuis de nombreuses années.

Travaux de signalisation sur la ligne Flers-Laval

Les années 60 apportèrent de nombreuses modernisations sur la ligne.

Les gares des principales villes traversées entre Caen et Laval sont neuves, pour la plus part reconstruite dans les années 50 comme Thury-Harcourt, Domfront, Mayenne.

Les gares de Caen, Laval, Flers ont subit un lifting.

Seule la gare de Condé sur Noireau sera modernisée un peu plus tard en Mars 1966.

La voie a été en partie refaite entre Caen et Flers, bénéficiant des dernières innovations en terme d'équipement de traverses fer et béton.

L'équipement de rails pour trains lourds conforte l'avenir de la voie ferrée.

De surcroit des travaux de signalisations sont engagés à partir des année 1960 confortant l'avenir de la ligne.

Rien ne dispose de croire d'une fermeture dans les années 80....et pourtant !

Sur la section Flers-Laval, un nouveau poste d'aiguillages ultra moderne est mis en fonctionnement en 1962 à la bifurcation de La Selle La Forge.

Commenc√© le 1er octobre 1960, le b√Ętiment termin√© le 8 juillet 1961 fut √©quip√© d'une table unifi√©e √† 30 leviers avec tableau de contr√īle optique derni√®re g√©n√©ration.

Le trafic important de notre ligne à voie unique imposait cette amélioration du service pour favoriser le débit et la sécurité.

Les installations des  gares du Chatellier, Saint Bomer Champsecret et Domfront  sont transform√©es .

La mise en place du block manuel de voie unique de dernière génération simplifie le trafic entre Domfront et Flers.

En gare de Domfront, l'ancien poste d'aiguillages datant de 1889 est supprimé et remplacé par une table unifiée.

Les signalisations des gares du Chatellier et de Saint Bomer desservant chacune des établissements fournissant un gros trafic de minerai sont modifiées pour supprimer l'obligation d'arrêt général dans le but de faciliter l'écoulement des trains.

Afin de faciliter les manŇďuvres, un certain nombre d'aiguillages ont √©t√© chang√©es pour le franchissement √† 40km/h.

La circulation sur la ligne en ce début des années 60 pouvant atteindre 20 trains par jour, il était impératif de modifier le fonctionnement.

Comme beaucoup de lignes secondaires, elle était exploitée sous le régime du cantonnement téléphonique.

C'est le block manuel de voie unique à émissions polarisées et codées, technologie de pointe pour l'époque qui fut mis en place.

Le 30 mai 1962, les travaux étaient terminées et la mise en service effectuée.